Les déchêts verts

Une circulaire interministérielle du 18 novembre 2011 rappelle le principe de l’interdiction du brûlage à l’air libre des déchets verts. Coup de projecteur sur cette pratique nocive pour l’environnement et sur des solutions alternatives

 

Les déchets verts constituent les éléments issus de la tonte des pelouses, de la taille des haies et d’arbustes, de l’élagage des branches d’arbres. La circulaire vise à rappeler qu’en dehors des dérogations préfectorales accordées à certaines activités, le brûlage de déchets verts est interdit depuis plusieurs années par le règlement sanitaire départemental (article 84). Cette disposition concerne aussi bien les déchets verts des particuliers que ceux des collectivités et des entreprises d’espaces verts qui doivent éliminer leurs déchets verts par des voies respectueuses de l’environnement.

 

La circulaire pointe le caractère nocif de cette pratique pour l’environnement. Outre la gêne pour le voisinage et le risque d’incendie, le brûlage des déchets verts représente une source d’émission importante de substances polluantes (gaz et particules véhiculant des composés cancérigènes).

 

Pour mieux traiter ses déchets verts, il existe des solutions plus respectueuses de l’environnement comme:

 

 

1. Valoriser ses déchets sur place

Soit par :

 

  • Le compostage : Un compostage réalisé à partir de tontes de pelouse, de feuilles, de fleurs fanées, de mauvaises herbes, de branchages, de tailles de haie, ou encore d’épluchures de légumes, de coquilles d’œufs et autres déchets de cuisine permet d’obtenir un meilleur compost qui peut être utilisé pour le potager, les massifs fleuris, les plantes en pot.
  • Le paillage : Afin de limiter les arrosages, Les déchets verts peuvent également être disposés en paillage sur la terre, au pied des arbres ou des cultures. La valorisation des déchets verts à domicile a également pour objectif de diminuer les quantités apportées en déchetterie et ainsi réduire les trajets nécessaires pour les apporter et les traiter.

 

2. Aller à la déchetterie


Contrairement à ce que l’on pourrait croire, l’apport des déchets verts en déchetterie est en effet préférable à une combustion à l’air libre pour la qualité de l’air.

 

 

Cliquez ici pour télécharger le guide du compostage