Bienvenue sur le site officiel de la ville de Tonneins

Logo

Tonneins et son Histoire

 

 

Des fouilles entreprises lors de la ré-urbanisation de la ville dans les années 80, ayant permis d’exhumer des silex taillés, un racloir triangulaire à encoches, une hache votive en jadéite, permettent d’attester que les premiers « Tonneinquais », auraient vécu au début du Néolithique sur une butte au bord de la Garonne et du petit ruisseau caillou (dans le quartier que l’on appelait au siècle dernier le Haut-Montamat).


Quant aux origines du nom « Tonneins », elles restent confuses. Trois versions s’affrontent actuellement : Pour les uns, Tonneins aurait été fondée vers 637 par l’un des descendants de Tonnantius-Ferreolus-Tonnance dont la déformation du nom aurait donné au fil des siècles Tonenx, puis Thonenx et enfin Tonneins. D’autres estiment que la cité étant à l’époque franque le chef-Lieu d’un " pagus dumensis " ce dernier mot aurait donné par durcissement de la dentale : Tunensis, puis Tourenx et Thonenx, d’autres encore avancent l'hypothèse que Tonneins viendrait d’un mot celte et signifierait : " Vallée du Germain ".

Quoi qu’il en soit, il est sûr que du XIIème siècle jusqu’en 1790, la ville fut séparée en deux seigneuries distinctes, avec entre-elles " l’entre-deux-bourgs ". Tonneins dessous en aval de la Garonne et Tonneins dessus en amont. Chaque ville avait son seigneur, son château, son église, ses fortifications, ses coutumes, libertés et franchises et deux monnaies différentes, ce qui ne facilitait guère les échanges commerciaux. Les rapports entre les deux cités n’étaient pas toujours cordiaux. Rivales, parfois en conflit, elles subissaient cependant les mêmes épreuves, les fortes inondations souvent imprévisibles d’un fleuve capricieux, les guerres, la Croisade des Alligeois, la guerre de Cent ans et la terrible peste noire de 1348, les querelles religieuses, les guerres de religion (pendant plus de 30 ans), la peste de 1653, mais l’épreuve la plus cruelle fut lors de la guerre de Guyenne, le siège de 1622 après lequel les deux villes furent, pour rébellion pillées, incendiées et rasées avec interdiction de reconstruire à moins de 500 pas du fleuve. Une seule maison avait été épargnée, en raison de son utilité « la maison du Passeur ». La Garonne était pour Tonneins-Dessus et pour Tonneins-Dessous l’artère vitale. Les Tonneinquais, malgré l’ordre du roi, s’obstinèrent à reconstruire les deux villes sur leur ancien emplacement et finirent par l’emporter. Mais tout au long d’un siècle de misère, d’autres épreuves les attendaient, la révocation de l’Edit de Nantes qui poussa les protestants sur les routes de l’exil, les persécutions, le terrible hiver de 1709, l’interdiction en 1719 de la culture du tabac, l’épizootie de 1776 et la maladie mystérieuse appelée « la peste de Tonneins ». Des esprits éclairés avaient senti l’intérêt que pourrait avoir pour les Tonneinquais le fait de devenir habitants d’une même ville, et déjà, l’achat de la baronnie de Tonneins-Dessus par M. de Lavauguyon, seigneur de Tonneins-Dessous, pouvait apparaître comme une amorce de la fusion. Toutefois, lors des élections aux Etats-Généraux, les deux cités envoyèrent séparément des délégués et Tonneins se trouva sans député alors qu’Agen, Villeneuve, Libos, Fumel, Aiguillon, Marmande, Clairac en avaient un. Cette absence de député à l’Assemblée Nationale allait être préjudiciable lorsque fut créé le département de Lot et Garonne. Tonneins, par sa position géographique, au centre, pouvait en devenir le chef-lieu mais il n’était pas possible de choisir comme chef-lieu deux villes séparées et rivales. Et le marquis de Bourran, député de la noblesse, s’opposa à ce que l’on fit ce cadeau à une cité protestante qui, jadis, s’était rebellée contre le Roi. Tonneins n’avait personne à l’Assemblée pour défendre sa cause et ne fut finalement que chef-lieu de district et plus tard chef-lieu de canton.

La réunification des deux bourgs eut lieu le 31 janvier 1790 par un acte solennel dans lequel les citoyens des deux villes convinrent " qu’à l’avenir et pour toujours, les deux villes resteraient unies en un seul corps de ville et municipalité ". La ville pris le nom de Tonneins-la-Montagne.


Nos coordonnées

 
Hôtel de Ville


Place Zoppola
47 400 TONNEINS


Standard: 05.53.79.83.00
Fax: 05.53.79.83.01

 
Horaires d'ouverture

Lundi, Mardi, Mercredi, Vendredi de 9h à 12h et de 13h30 à 17h

Jeudi de 8h30 à 12h30 et de 13h30 à 18h30

Envoyer un mail

Contacts

 
Service archives municipales

Mairie Annexe Gardolle

Rue Georges Clémenceau

05.53.88.33.79

Horaires d'ouverture

Du Lundi au Vendredi de 9h à 12h et de 13h30 à 17h

 

Envoyer un mail

 


Médiathèque Municipale

Centre Culturel Paul Dumail

Boulevard François Mitterrand

05.53.84.57.58

Envoyer un mail

 

Hôtel de Ville, place Zoppola 47400 TONNEINS | Tél: +33(0)5.53.79.83.00 | Fax: +33(0)5.53.79.83.01